Actualités
Les Grands Feux, annonciateurs de la fin de l’hiver…
Patrimoine multiséculaire s’il en est, le Grand Feu est sans conteste une tradition qui nous vient de la nuit des temps. L'origine des feux allumés au début du printemps serait les vestiges de cérémonies antiques destinées à rendre favorables les divinités païennes qui présidaient à la fertilité des champs.  On sait que les peuples celtiques, durant cette période de l’année, pratiquaient la purification par le feu et qu'ils célébraient l'équinoxe de printemps en invitant le soleil à plus d’ardeurs en lui offrant un bûcher brûlant la nuit entière.  En honorant également de cette manière le chef de la tribu, ils chassaient ainsi l’hiver, ses maléfices nombreux, les ténèbres et cherchaient à hâter le retour du printemps. Au Moyen Age, le premier dimanche de Carême, jour de l’ancien Carnaval, vient se substituer à la tradition celte. Durant la période du Carême (du latin quadragesima, 40) qui dure du mercredi des Cendres jusqu'au jour de Pâques, se déroulaient les fêtes masquées du carnaval et à cette occasion, chaque village allumait son Grand Feu, le dimanche après le mardi-gras. Il s'agit donc bien d'une de nos plus anciennes coutumes qui se perpétue encore aujourd'hui dans nos villages. De nombreuses croyances sont rattachées à la tradition du Grand Feu: Quand on ne fait pas le Grand Feu, Dieu le fait... c'est-à-dire qu'un incendie se déclenchera dans le village au cours de l'année. Les personnes qui franchissent le brasier d'un bond seront préservées des douleurs de ventre pendant un an. Ceux qui mangent des crêpes le jour du Grand Feu seront à l'abri des piqûres de mouches pendant une année.  Le Grand Feu a donc une action purificatrice puisqu'il protège de la mauvaise influence des sorcières, des insectes nuisibles, des animaux qui ravagent les récoltes et des maladies qui menacent l'homme. On souhaitait voir ce jour-là sept grands-feux; les personnes favorisées par ce spectacle espéraient "aller au paradis" ou "ne pas mourir dans l'année", et, si elles étaient jeunes, "se marier dans l'année » La coutume wallonne du zoublage voyait les jeunes sauter par-dessus les tisons ardents. Ainsi, sauter avec sa promise affermit l’union et la consolide. Autrefois, les braises et les cendres provenant du Grand Feu étaient vendues aux enchères et achetées par les cultivateurs. Répandues dans les champs, elles préservaient disait-on des rats et des souris et procuraient de belles récoltes. Le fermier faisait à son tour passer son troupeau dans les cendres tièdes afin de le préserver des coliques et des maléfices. Pour chasser l’hiver, plusieurs confréries organisent un Grand Feu dans l’entité bruyéroise. L’allumage du bûcher est programmé : à Emines, le dimanche 9 février 2014 à 19h00 sur le terrain communal en face du Centre culturel ; à Bovesse, le samedi 8 mars 2014 à 20h30 dans la pâture jouxtant la place communale ; Ne manquez-pas de participer à cette tradition du Grand Feu, son embrasement reste toujours très impressionnant et donne l’occasion aux habitants de l’entité de se retrouver dans une ambiance pour le moins chaleureuse et festive. Thierry Chapelle 1er Echevin Commune de la Bruyère. Li Grand Feu Le Grand Feu I I Bonnès djins acouroz vôye Bonnes gens accourez voir Bottes di paille èt gros fagots Bottes de paille et gros fagots Astampés come one vraiye môye Debout comme une vraie meule On va mète li feu pa dzos ! On va mettre le feu en dessous II II Volà des cintinnes d’anéyes Voilà des centaines d’années Qui nos tiènes blam’nu come ça que nos collines s’embrasent comme cela Po dire aus djins del valéye pour dire aux gens de la vallée Qui l’mèchant hiviêr è va. Que le méchant hiver s’en va. III III Boudge sûrè todi l’vîye môde, Bouge sera toujours la vieille mode, Li vîye môde des djins d’nos d’jins la vieille mode des gens de nos gens Qui tchantinne tot come nos-ôtes : qui chantaient tout comme nous autres : « Coradje, fréres, vorci l’bia timps » ! « courage, frères, revoici le beau temps » ! Refrain : Au Grand Feu ! Les chîjes au feu ! Au Grand Feu ! Les soirées au feu Tournans tot autoû do feu Tournant tout autour du feu Avou les mwins dins les mwins avec les mains dans les mains Come au timps d’nos vîs parints comme au temps de nos vieux parents Qui tchantinne leû p’tit refrain : qui chantaient leur petit refrain : Au Grand Feu ! Les chîjes au feu ! Au Grand Feu ! Les soirées au feu ! Au Grand Feu ! Les chîjes au feu ! Au Grand Feu ! Les soirées au feu ! «  Li Grand Feu » - 1961 Paroles de Joseph Calozet Musique de Ernest Montellie.

La chenille (Grand feu) La Bruyère 1986 huile sur toile 120X80 Monique Mercier-Lecharlier
slide-19.jpg
slide-18.jpg
slide-17.jpg
slide-16.jpg
slide-15.jpg
slide-14.jpg
slide-13.jpg
slide-12.jpg
slide-11.jpg
slide-10.jpg
slide-9.jpg
slide-8.jpg
slide-6.jpg
slide-5.jpg
slide-4.jpg
slide-3.jpg
slide-2.jpg
slide-1.jpg
La Bruyère, hier et aujourd'hui.
100 Ans...Ca se fête !
En images!
Connectez-vous
x

(Nous vous conseillons de modifier votre mot de passe régulièrement.)

(Quand vous serez redirigé, cliquez à nouveau sur administration.)


Récupérer mon mot de passe | Changer mon mot de passe

EMAIL MOT DE PASSE